Search

La Déclaration a été préparée par le Comité des Ambassadeurs du Congrès au nom des pays européens représentés et signée à Ljubljana le 7 novembre 2008.

DECLARATION EUROPEENNE SUR L’ALIMENT, SA TECHNOLOGIE ET LA NUTRITION

Préambule
Nous, participants au premier congrès européen sur l’aliment (First European Food Congress, Ljubljana, Slovénie 2008) approuvons et appuyons la Déclaration sur la Nutrition (FAO/OMS, Rome 1992) et la Déclaration sur la Sécurité Alimentaire (OMS, Pékin 2007)
Par cette Déclaration, nous souhaiterions insister sur l’importance européenne de l’aliment, de sa technologie et de la nutrition.

AUDIENCE VISEE
La Déclaration Européenne sur l’Aliment, sa Technologie et la Nutrition est destinée aux consommateurs, députés et sénateurs, scientifiques, industries agro-alimentaires européennes, et autres décisionnaires dans cette filière en Europe.

ALIMENT ET NUTRITION
L’aliment est nécessaire pour la croissance de l’homme, le développement de ses fonctions corporelles. Une bonne nutrition exige une ration bien équilibrée, susceptible de procurer une quantité journalière adéquate de toutes les classes de nutriments et un ingéré énergétique optimal pour les besoins du corps humain. L’aliment doit être sain, nourrissant, et doit provenir d’une voie « durable » destinée à préserver la dignité du consommateur et son identité culturelle.

LES SCIENCES DE L’ALIMENT, SES TECHNOLOGIES ET LA NUTRITION EN EUROPE
En Europe, les professionnels des Sciences de l’Aliment, de ses technologies et de la Nutrition contribuent en permanence à d’importants progrès dans la production de l’aliment, de ses procédés de transformation, de sa conservation et de sa distribution aussi bien qu’en nutrition et en bien-être de l’homme, par la mise en oeuvre des acquits scientifiques de leurs champs de recherche appliquée. De nombreuses associations scientifiques et professionnelles sont au cour de leur activité. Présents dans un seul pays ou regroupés sur un ensemble de régions avec des coutumes alimentaires identiques, ils peuvent être organisés soit en sciences transversales soit en disciplines scientifiques et professionnelles telles que la biologie, la biochimie, la microbiologie, l’engénierie, les sciences de la nutrition, les sciences médicales, et autres sciences dérivées affines.
L’esprit de cette Déclaration est de fournir un objectif pour toutes ces disciplines et d’être utile à la population de l’Europe, comme à la communauté des scientifiques, des politiques, des juristes, des industriels, pour le choix d’une stratégie optimale. Cette cohésion permettra à l’Europe d’intervenir avec succès dans la compétition du marché international, d’augmenter la disponibilité d’un aliment sain, et de conduire le monde vers des standards de rigueur et d’intégrité scientifique.

COHESION DES SCIENCES DE L’ALIMENT, DE SES TECHNOLOGIES ET DE LA NUTRITION EN EUROPE
L’esprit de la Déclaration est d’initier le débat au sein des scientifiques, techniciens et professionnels de la nutrition dans le but d’établir les mécanismes par lesquels, c’est notre espoir, une intégration européenne future peut être atteinte. Un second objectif vise à assister l’harmonisation de l’industrie alimentaire en Europe en vue de l’établissement de standards de qualité et de sécurité alimentaire.
Toutes ces initiatives peuvent aider à promouvoir l’influence grandissante que pourraient avoir les professionnels des sciences de l’aliment, de ses technologies et de la nutrition sur la pensée technique, scientifique, politique, environnementale, sociale et culturelle en Europe. Bien sûr, cela doit être fait sans causer du tort aux spécificités nutritionnelles régionales de l’aliment et des rations en Europe puisque c’est cette diversité qui pourra générer les futures découvertes et innovations.

QUESTIONS MAJEURES
Cette Déclaration devrait stimuler spécifiquement les débats sur les questions suivantes :
- L’aliment est une très importante question stratégique et politique
- La contamination de l’aliment avec des agents microbiologiques, chimiques, physiques et des allergènes constitue une problématique clé de la santé publique
- La production locale de l’aliment influence la culture régionale, préserve la diversité biologique, et contribue à une stabilité régionale sociale et économique
- Le transport sur de longues distances peut réduire la qualité de l’aliment et peut avoir un effet adverse sur l’environnement
- L’aliment a un rôle clé dans l’établissement et le maintien de bonnes habitudes de diététique alimentaire, par son rôle dans la préservation d’un mode de vie sain tout au long de la vie humaine
- L’augmentation de l’incidence de l’obésité et des maladies chroniques non infectieuses mais aliment dépendantes sont un des problèmes majeurs de santé publique et du déficit de la sécurité sociale
- Les niveaux d’éducation et les transferts de connaissances dans le domaine de l’alimentation et de la nutrition sont inadéquats pour que le consommateur puisse faire des choix raisonnés
- La formation et l’éducation des décisionnaires dans la chaîne alimentaire constituent un énorme challenge.

LES PRINCIPES DE BASE A MAINTENIR ET A PROMOUVOIR
Une fourniture d’un aliment sain est la base des droits de chaque consommateur
- Chaque personne a le droit de disposer d’une information fiable sur l’aliment, la diététique, et de eurs impacts sur la santé ;
- La production de l’aliment, sa transformation, son transport, sa distribution, doivent être diffusés par des procédés durables en tenant compte des considérations environnementales, des conséquences sociales et éthiques, tout autant que des questions réglementaires incluant la traçabilité ;
- Les exploits technologiques dans le développement des sciences de l’aliment qui apparaissent convenables pour les groupes cibles, avec des recommandations nutritionnelles spéciales, devraient être bienvenues ;
- Un marquage honnête et approprié des aliments, en coopération avec l’agro-industrie et les autorités officielles, doit être respecté ;
- La communication auprès des médias, reconnue comme une recommandation essentielle, doit être développée à partir de témoignages scientifiques compréhensibles.
- Une nutrition adéquate associée à un mode de vie sain en raison doit faire l’objet d’une promotion spéciale en raison de leurs rôles clés dans la prévention et la diminution des maladies ;
- Toute personne a le droit d’obtenir, tôt dans sa vie, une éducation sur l’aliment et la nutrition pour être capable de prendre ses responsabilités pour assurer la préservation de sa propre santé et pour faire des choix alimentaires appropriés.
- Les managers de l’agro-industrie doivent reconnaître le besoin d’expertise en nutrition et sécurité alimentaire et ils doivent s’assurer que tous les moyens sont mis en œuvre pour garantir la qualité sanitaire des produits.

ACTIONS CLES
Cette déclaration veut promouvoir les actions clés suivantes :
- Les producteurs, les transformateurs et les vendeurs doivent prendre en compte non seulement les règlements mais aussi un comportement éthique à toutes les étapes de la chaîne alimentaire ;
- Les experts devraient intervenir en parfait accord avec les instructions et règles professionnelles et éthiques
- Les ministères et autres autorités responsables, ainsi que les institutions concernées devraient harmoniser les règlements entre les polices alimentaires nationales dans le but d’une adaptation plus rapide et plus efficace aux futurs changements
- Les ministères et autres autorités responsables ainsi que les institutions concernées devraient développer une police alimentaire nationale qui tienne compte des différences sociales et culturelles, de l’expérience et des besoins spécifiques ;
- Tous les scientifiques de l’aliment, les professionnels de la nutrition et de l’agro-industrie devraient faire campagne pour l’établissement de systèmes éducatifs qui permettront une meilleure information du consommateur par un transfert effectif de la connaissance;
- Toute personne devrait être capable de prendre ses responsabilités pour assurer sa propre santé et ses choix alimentaires appropriés ;
- Les signataires devront faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que les principes et objectifs de cette déclaration soient atteints.

Signé par
Professeur Peter Raspor, Président du Premier Congrès Européen sur l’Aliment au nom de son Comité des Ambassadeurs de 41 pays européens.

Allmuca Ilirjana Boci représentée par Haxhi Allmuca, Albania; Ashot Saghiyan, Armenia, Wolfgang Kniefel représenté par Gerhard Schleining, Austria; Koen Dewettinck représenté par Bart Heyman, Belgium; Faruk Čaklovica, Bosnia and Hercegovina; Iordanka Alexieva représentée par Laska Rangelova, Bulgaria; Mate Bilić remplacé par Martina Piasek, Croatia; Athina Panayiotou, Cyprus; Jana Hajšlová, Czech Republic, Henning Otte Hansen, Denmark; Toomas Paalme, Estonia; Anu Kaukovirta-Norja représentée par Helena Pastell, Finland; Paul Colonna représenté par Michel Franck, France; George Kalantzopoulos remplacé par Ioannis Samelis, Greece; Giorgi Kvesitadze remplacé par Tinatin Sadunishvili, Georgia; Sabine Kulling, Germany; András Salgó, Hungary; Inga Thorsdottir, Iceland; Francis Butler représenté par Brian McKenna, Ireland; Rosangela Marchelli, Italy; Daina Karklina remplacée par Aija Mengaile, Latvia; Rimantas Venskutonis, Lithuania; Torsten Bohn, Luxembourg; Vladimir Kakurinov, Macedonia; Anna McElhatton, Malta; Slavko Mirecki, Montenegro; Bernd van der Meulen représenté par Sarah De Vito, Nederland, Wenche Frølich, Norway; Włodzimierz Grajek, Poland; Xavier Malcata represented by Ana Oliveira Madsen, Portugal; Mona Popa, Romania; Iosif Rogov, Russia; Miomir Nikšić, Serbia; Peter Šimko represented byNorbert Bomba, Slovakia; Božidar Žlender, Slovenia; Manuel Vazkez, replaced by Ascension Marcos, Spain; Anne-Marie Hermansson, Sweden; Klaus Zimmermann replaced by Yasmine Motarjemi, Switzerland; Fatih Yildiz, Turkey; Sergey Fedosov, Ukraine; David White, UK.